ACTUALITÉS

Imprimer

La prévention en tête des formations dans l'artisanat du BTP

formations préventionBTPPrès de 68 000 professionnels du secteur BPT formés à la prévention en 2016
Même si l’année 2016 est marquée par un léger recul de la formation continue dans l’artisanat du BTP, les formations prévention poursuivent leur progression. Elles constituent le premier domaine de formation (49% des stages suivis, contre 41% en 2015), selon l’Observatoire national des formations à la prévention dans l’artisanat du BTP. En 2016, ce sont 67 255 actifs qui ont été formés à la prévention dans ce secteur. Ces données, publiées fin juin dernier, sont issues du partenariat entre l’Iris-ST, l’OPPBTP, la Capeb et le CNATP.

Une nette progression des formations obligatoires en sécurité et des formations de secourisme
Les formations obligatoires à la sécurité « conduite d’engins », « travail en hauteur », « secourisme » ou « électricité » sont toujours les plus suivies. Par rapport à 2015, les formations amiante progressent de 11%, celles liées à l’électricité de 12%, à la conduite d’engins de 13%, et au travail en hauteur de 19%. La plus forte progression concerne les formations secourisme avec une augmentation de 39%.

Lire l’article complet et télécharger l’étude sur le site prévention BTP

Imprimer

Maladie de Lyme et travail : comment se protéger

COUV dépliant LymeUne maladie causée par une piqûre d’acarien très répandu : la tique
La transmission de la maladie de Lyme à l’homme se fait uniquement par piqûre de tique. Les tiques sont répandues partout en France, surtout en dessous de 1 500 m d’altitude. Elles vivent dans des zones boisées et humides, les herbes hautes des prairies, les jardins et les parcs forestiers ou urbains. Les contaminations humaines sont plus fréquentes à la période d’activité maximale des tiques, en France entre le début du printemps et la fin de l’automne.

Une maladie difficile à détecter et qui, sur le long terme, peut s’avérer invalidante
La borréliose de Lyme ou maladie de Lyme est une infection due à une bactérie transportée par une tique. La tique peut transmettre la bactérie à l’homme au moment d’une piqûre. De type « zoonose » ou « parasitose », cette maladie bactérienne peut toucher la peau, plusieurs organes et systèmes, mais aussi les articulations et le système nerveux. Elle se développe dans l’organisme sur plusieurs semaines, voire plusieurs années et reste difficile à détecter.

Des conseils de prévention pour les professionnels travaillant dans la nature
Tous les travailleurs pratiquant des métiers comportant des tâches extérieures, par exemple les bûcherons, sylviculteurs, gardes forestiers, gardes-chasse, gardes-pêche, jardiniers, paysagistes, éleveurs, présentent un risque de contact avec des tiques.
Pour prévenir ce risque touchant particulièrement les professionnels travaillant dans la nature, l’INRS (institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles) et la MSA (mutualité sociale agricole) propose un nouveau dépliant décrivant les signes de la maladie, les situations à risques et les façons de se protéger.

Consulter le dépliant « Maladie de Lyme et travail » - INRS/MSA 

Lire l’article « Maladie de Lyme » sur le site du Ministère des solidarités de la santé 

Télécharger le document grand public « maladie de Lyme et prévention des piqûres de tiques »

En savoir plus sur le thème « Borréliose de Lyme, point sur les connaissances » de Santé publique France

Imprimer

Travail et fortes chaleurs : prudence

travail ext chaleurFatigue, sueurs abondantes, nausées, maux de tête, vertiges, crampes… Ces symptômes courants liés à la chaleur peuvent s’avérer dangereux voire mortels pour les salariés.
De nombreuses situations professionnelles à forte contrainte thermique (blanchisseries, cuisine, ateliers de soudure…) ou exercées à l’extérieur, notamment pendant un épisode caniculaire (jardiniers, salariés du BTP, ouvriers agricoles, employés d’entretien et de maintenance des bâtiments…) exposent les salariés à la chaleur. Cette exposition présente des risques pour la santé des salariés et favorise également la survenue d’accidents (baisse de vigilance, déshydratation, mains glissantes, gêne de la vue…).

La prévention consiste avant tout à éviter ou limiter le temps de travail à la chaleur. A défaut, il convient de :

  • Organiser le travail (augmenter la fréquence des pauses, limiter le travail physique…)
  • Aménager les locaux (climatisation, ventilation, brumisateur),
  • Privilégier des vêtements adaptés (vêtements amples permettant l’évaporation de la transpiration…),
  • Informer et former les salariés aux effets de la chaleur et aux gestes à adopter.

Pour le travail en extérieur, notamment en période caniculaire, d’autres mesures préventives permettent de remédier aux effets de la chaleur (travail durant les heures les moins chaudes, points d’eau fraîche…).

Pour en savoir plus, lire les mesures à appliquer pour les employeurs et accéder au plan canicule 2018 sur travail-emploi.gouv.f

Télécharger l'affiche "fortes chaleurs et canicule" pour les travailleurs

Voir la vidéo de Jennifer Shettle, responsable du pôle informations juridiques à l'INRS : les dispositions réglementaires concernant le travail à la chaleur.

Lire les recommandations pour tous en cas de fortes chaleurs et télécharger les affiches sur le site du Ministère des affaires sociales et de la santé

Accéder à l'article proposé par Santé publique France "canicule et fortes chaleurs, comprendre les risques".

Consulter le dossier « travail à la chaleur, prévenir les risques » proposé par l’INRS

Télécharger le dépliant INRS « travail et chaleur d’été »

EMPLOYEURS, la santé et la sécurité qu service de votre entreprises

bottom mod salaries

bottom-mod gist

NOS CENTRES, découvrez tous nos centres en un seul coup d'œil

NEWSLETTER

ACTUALITÉS

TÉMOIGNAGES

CONTACTS

ATTENTION ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.
En poursuivant sur ce site, vous signifiez votre accord avec cet usage. en savoir plus