Imprimer

Un appui et une aide utile trouvés auprès du GIST

Témoignage de Nelly Ryo, responsable QSE de l'entreprise IDENA Production à Pontchâteau

Nelly Ryo Idena productionLes grands silos colorés marquent l’entrée de la société Idena production : l’entreprise fabrique des prémélanges à base de poudres pour la nutrition animale. Cette activité spécifique, exercée par 19 salariés sur le site de Pontchâteau, requiert une gestion de la qualité et de la traçabilité exemplaire.
 
Nelly Ryo, responsable qualité sécurité et environnement (QSE) exerce une fonction qualité transversale, dans laquelle les bonnes pratiques se situent à tous les niveaux : « le métier consiste, à partir de matières premières (dont les recettes sont créées au siège social de Sautron) à fabriquer des mélanges rentrant dans la composition des aliments et répondant précisément aux besoins nutritionnels des animaux, tout en garantissant qualité, traçabilité et sécurité sanitaire. » explique-t-elle. La tâche est difficile : « Il faut s’assurer de bien répondre à toutes les exigences des certifications dans lesquelles nous nous inscrivons » poursuit-elle.
 
Nelly Ryo, qui occupe cette fonction de responsable QSE depuis presque 6 ans, est aujourd’hui aidée d’une assistante : « Les problématiques à gérer sont importantes, même avec seulement moins de 20 salariés sur le site de production. Ce sont d’ailleurs les mêmes que l’on soit 20 ou 200 » commente-t-elle.
 
Sur les problématiques des poussières dangereuses et du bruit, le GIST est intervenu il y a quelques années pour effectuer des mesures. « Suite aux prélèvements d’ambiance réalisés avec le GIST, la direction a pris la décision d'automatiser la ligne d'ensachage afin de limiter l’exposition aux poussières. Nous avions également établi une cartographie du bruit que nous allons reconduire cette année, puisque la création de la ligne d’ensachage automatisée a changé la donne. » expose Nelly Ryo. Nul doute que le GIST saura recommander des pistes d’amélioration s’il y a lieu.
 
Avec les plusieurs milliers de tonnes de prémélanges fabriqués chaque année et les 200 matières premières rentrant dans leur composition, le risque chimique est un volet important. C’est pourquoi l’entreprise pontchâtelaine a sollicité l’accompagnement du GIST. « Il y a un travail colossal sur le référencement, les garanties et les certifications de produits. Un stagiaire QSE est arrivé en renfort pour travailler sur ce sujet spécifiquement. La mission d’accompagnement méthodologique effectuée par le toxicologue du GIST va s’étendre encore quelques mois, jusqu’à l’évaluation complète du risque » précise la responsable QSE. « Avec ces contraintes et problèmes posés sur des situations propres à la profession, nous avons trouvé auprès du GIST un appui et une aide utile » conclut-elle.

Imprimer

Maintenir un lien efficace et positif avec le GIST

Témoignage de Séverine Villeneuve, responsable HSE de l'entreprise Aplix à Pontchâteau

S. Villeneuve APLIXDans la zone industrielle de Pontchâteau, les 15 000 m2 d’un grand bâtiment estampillé du logo Aplix abritent une activité peu commune : la production d’élastiques pour couche-culottes et la préparation de fils synthétiques pour la fabrication de rubans auto-agrippant. Cette unité de fabrication pontchâtelaine est implantée sur l’un des 6 sites de production d’Aplix, dont la maison-mère siège au Cellier en Loire Atlantique, les 4 autres sites de production étant situés à l’international. Si le cœur de métier de l’entreprise est axé sur les produits d’hygiène, l’activité mélangeant textile et plasturgie a trouvé de nombreux autres débouchés dans des domaines aussi diversifiés que l’automobile, l’aéronautique, l’orthopédie, le secteur militaire ou le bâtiment.

Séverine Villeneuve, responsable HSE depuis 1999 chez Aplix propose le tour du propriétaire et commente : « Chaque machine est conçue spécialement et dédiée à un produit. Il y a autant de machines que de produits déclinés dans de nombreux secteurs d’activité, et chacune d’entre elle est dupliquée sur chacun des sites » explique cette dernière. À Pontchâteau, Aplix emploie 120 salariés et traite principalement les produits d’hygiène et l’ourdissage (préparation des bobines au tissage et au tricotage) qui « serviront à fabriquer les produits techniques au siège social du Cellier » confie-t-elle.

Autant de défis santé et sécurité pour cette dynamique responsable HSE : « Ma mission principale est de faire vivre tout le système classique de prévention sur les 2 sites français et je dois dire qu’à Pontchâteau, je bénéficie de l’appui du médecin du travail et son équipe. Il y a entre nous un véritable dialogue. C’est un facilitateur dans mon travail et cela se répercute forcément dans celui des salariés » explique Séverine Villeneuve.

L’ergonome du GIST a effectué 2 études de poste et des prélèvements atmosphériques ont été réalisés par le toxicologue sur la problématique des « brouillards d’huiles » émanant dans un des process de texturation. « Les études de postes ont complété une intervention sur les postures contraignantes. Elles ont permis d’ouvrir le dialogue et aboutir, plus globalement, à une ré-organisation du travail sur ces postes contraignants. Les mesures dans l’air sur les émanations d’huiles ont été restituées directement aux salariés, avec un éclairage d’expert. Cela a été très apprécié par les opérateurs, tout à fait transparent, et évitant les malentendus. Nous avons également mis en oeuvre les actions recommandées dans les pistes d’amélioration proposées lors de la restitution. Le port d’équipement de protection individuelle (EPI) étant préconisé dans ces pistes, l’équipe est même intervenue pour sensibiliser les salariés » poursuit la responsable HSE.

D’autres actions verront le jour, notamment dans le cadre de la nouvelle politique engagée par Aplix dans la RSE (responsabilité sociétale de l’entreprise). Dans ce nouveau virage, Séverine Villeneuve entend continuer « à maintenir ce lien efficace et positif avec le GIST ».

Imprimer

La démarche santé, sécurité et amélioration des conditions de travail dans l'agro-alimentaire

Témoignage de Yves Brunet-Lecomte et Milène Aguerre, respectivement directeur d’usine et chef de projet méthodes Chez Tipiak Traiteur Patissier à Pontchâteau

témoignage TTP PontchâteauImmanquable dans la zone industrielle de Pontchâteau, le vaste bâtiment bleu s’étend sur près de 9 000 m2 sans les bureaux : c’est sur ce site que Tipiak Traiteur Patissier (TTP) fabrique ses macarons et mignardises sucrées depuis presque 15 ans.

Dans une salle de réunion à l’écart des laboratoires, Yves Brunet-Lecomte, directeur d’usine et Milène Aguerre, chef de projet méthodes expliquent leur démarche santé, sécurité et amélioration des conditions de travail. A l’appui, un schéma, très visuel répertorie toutes les actions effectuées depuis 2008. A la clé, une baisse significative des accidents du travail et maladies professionnelles. « C’est à partir de 2009 que la démarche s’est accélérée : Milène Aguerre a suivi une formation sur l’ergonomie ciblée sur les TMS (troubles musculo-squelettiques), c’est un des risques les plus complexes à gérer dans le secteur de l’agro-alimentaire. En parallèle, un CHSCT a été créé pour le site de Pontchâteau, là où avant, il en existait un seul pour les 3 sites du pôle traiteur Tipiak. » confie Yves Brunet-Lecomte.

La mise en place de carrelage anti-dérapants, l’achat de sièges assis-debout, de tapis anti-fatigue, de porte-bobines, de basculeurs, la mise en place de postes d’appel pour les travailleurs isolés, la formation à l’accueil des personnels saisonniers, la rotation des postes, etc… sont autant d’exemples matériels et organisationnels pour réduire les risques et améliorer le quotidien des salariés. « Cela représente beaucoup d’investissement en terme financier et en terme de ressources : le comité de pilotage dédié et le CHSCT, auquel participe activement le médecin du travail du GIST, ont fourni un travail important. Au bout de ces quelques années, nous avons apporté beaucoup de solutions. » explique le directeur du site.

Le dispositif est d’ailleurs toujours en marche puisque TTP a sollicité le GIST en 2013 pour former ses animateurs et opérateurs de l’atelier pâtisserie à la prévention des risques liés à l’activité physique (PRAP). « Nous visons avec le PRAP une approche plus pédagogique. Tout le monde participe et on agit beaucoup plus sur les comportements : chacun peut être acteur de l’amélioration de ses conditions de travail. Au total on a recensé près de 25 actions possibles. Celles-ci nécessitent peu d’investissement et sont intégrées dans les objectifs d’encadrement. Cela a contribué à créer une dynamique et des liens de travail autour du PRAP. » précise Milène Aguerre.

En 2016, d’autres projets verront le jour, avec l’appui et l’accompagnement du médecin du travail et, en fonction des sujets et selon les besoins, de l’équipe pluridisciplinaire du GIST.

Pour en savoir plus, consulter la page dédiée aux formations

EMPLOYEURS, la santé et la sécurité qu service de votre entreprises

bottom mod salaries

bottom-mod gist

NOS CENTRES, découvrez tous nos centres en un seul coup d'œil

NEWSLETTER

ACTUALITÉS

TÉMOIGNAGES

CONTACTS

ATTENTION ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.
En poursuivant sur ce site, vous signifiez votre accord avec cet usage. en savoir plus