ACTUALITÉS

Imprimer

Véhicules et engins électriques : de plus en plus de risques d'accidents

on .

De nouvelles ressources INRS pour prévenir les risques dans les garages et le secteur logistique

Avec l'augmentation régulière du nombre de véhicules et d'engins éléctriques ou hybrides dans les entreprises, de nouveaux risques apparaissent pour les opérateurs chargés d'intervenir sur ces équipements : électrisation, brûlures, explosion, etc.

Pour prévenir ces risques électriques, de nouveaux dispositifs d’habilitation spécifiques ont notamment été mis en place à destination des garages automobiles et poids lourds et du secteur de la logistique. L'INRS met également à disposition deux nouveaux dépliants sur les risques liés aux batteries proposant conseils de prévention. Deux nouvelles affiches sont également disponibles pour sensibiliser les salariés.

 

Imprimer

Concours vidéo pour les lycéens et jeunes apprentis

on .

Depuis le mois d'octobre, l'INRS a ouvert les inscriptions à la 10ème édition de son concours vidéo "Santé et sécurité au travail : de l'école au travail" destiné aux apprentis et aux élèves des lycées professionnels.

Le principe ? Demander aux participants de créer une vidéo afin d'illustrer les risques professionnels ainsi que présenter des démarches et solutions de prévention pour réduire ou supprimer certains risques présents dans la pratique professionnelle.

Consulter toutes les informations sur ce concours sur le site de l'INRS.

Visionner les lauréats des précédentes éditions sur la chaîne youtube de l’INRS.

Imprimer

Une nouvelle visite médicale avant le départ à la retraite

on .

Depuis le 1er octobre 2021, la visite médicale de fin de carrière, instaurée en 2018, est obligatoire pour les salariés partant à la retraite et ayant bénéficié d'un suivi renforcé durant leur carrière. L'objectif est d'éviter la perte d'informations du dossier médical entre la vie active et la retraite.

Quels sont les salariés concernés ?

La visite médicale de fin de carrière est obligatoire pour deux types de travailleurs :

  • les salariés qui bénéficient d'un suivi individuel renforcé, ceux qui occupent ou ont occupé un poste à risque durant leur carrière.
  • les salariés qui ont eu un suivi médical spécifique : ceux qui ont été exposés à un ou plusieurs risques particuliers avant la mise en place du suivi individuel renforcé.

Plus précisément, sont concernés les travailleurs qui ont été exposés à l’amiante, au plomb, au bruit et aux vibrations sous certaines conditions, à des agents cancérigènes, mutagènes ou reprotoxiques, à des agents biologiques des groupes 3 et 4, aux rayonnements ionisants, à certains produits chimiques et ceux qui ont travaillé en hauteur ou en milieu hyperbare.

Quels sont les objectifs ?

Le suivi médical de fin de carrère permet de renforcer le suivi post-activité professionnelle des salariés exposés durant leur carrière.

Les différents risques auxquels les travailleurs ont pu être confrontés durant leur carrière peuvent avoir des effets sur la santé différés dans le temps. Il est donc essentiel d'éviter la perte de données lors du passage à la retraite.

Comment l'organiser ?

Dès la prise de connaissance de la retraite d'un salarié répondant aux exigences de la visite médicale de fin de carrière, l'employeur doit prévenir son service de santé au travail et en avertir le salarié.

A défaut d'information par l'employeur, le salarié pourra, durant le mois précédent son départ à la retraite, demander à bénéficier de cette visite auprès de son service de santé au travail, en informant l'employeur.

Comment s'articule la transmission d'informations médicales post-retraite ?

Le médecin du travail établit un état des lieux des expositions du travailleur aux facteurs de risques professionnels et remet le document correspondant au salarié.

Lorsque le document fait état de l’exposition à un ou plusieurs facteurs de risques professionnels ou que l’examen auquel il procède fait apparaître d’autres risques professionnels, le médecin du travail peut préconiser une surveillance post-professionnelle.

Le médecin du travail transmet alors, avec l’accord du travailleur, le document et, le cas échéant, les informations complémentaires, au médecin traitant.

Les documents transmis sont alors assortis de préconisations et de toutes informations utiles à la prise en charge médicale ultérieure.

EMPLOYEURS, la santé et la sécurité qu service de votre entreprises

bottom mod salaries

bottom-mod gist

NOS CENTRES, découvrez tous nos centres en un seul coup d'œil

NEWSLETTER

ACTUALITÉS

TÉMOIGNAGES

CONTACTS

ATTENTION ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.
En poursuivant sur ce site, vous signifiez votre accord avec cet usage. en savoir plus