ACTUALITÉS

Imprimer

Les enjeux du document unique d'évaluation des risques

on .

Le DU est un outil qui permet de recenser et de hiérarchiser les risques susceptibles d’altérer la sécurité et la santé physique et mentale des travailleurs ainsi que de prioriser les actions à mener. Ce document est obligatoire dans toutes les entreprises composées au minimum d’un salarié. Même si ce document répond à une obligation réglementaire, il constitue le socle de la démarche de prévention en entreprise et contribue à l’amélioration en continu, des conditions de travail.

Amorcer la démarche de prévention dans l’entreprise et améliorer les conditions de travail

atelier DU3 actuL’objectif principal du document unique est de protéger vos salariés mais aussi de vous préserver en tant que chef d’entreprise. En effet, un document unique bien rédigé et mis à jour régulièrement initie la démarche de prévention dans l’entreprise et contribue à éviter les accidents du travail et les maladies professionnelles. Il participe également à réduire l’usure professionnelle. En évaluant les risques et en collaborant avec vos salariés, le dialogue social de l’entreprise sera enrichi et vos équipes seront davantage motivées. Chaque membre de l’entreprise peut apporter ses idées pour le document unique.

Réduire les coûts et agir sur la performance des entreprises

En cas d’accident ou de maladie du travail, l’absence d’un salarié représente un coût direct et indirect important pour l’entreprise (remplacement, heures supplémentaires des autres salariés, retard de production ou de livraison, perte de contrat ou recours à l’intérim). Le document unique permet, en réduisant les risques, de réduire les arrêts de travail et les coûts qu’ils peuvent engendrer. Le salarié est productif, motivé car il se sent protégé.

Par ailleurs, une équipe dynamique et professionnelle véhicule une bonne image auprès des partenaires et crée un climat de confiance favorable aux échanges et aux embauches.

Le DU: un document vivant

L’employeur est tenu de mettre à jour son document unique tous les ans. Cette mise à jour incite à rechercher en permanence de meilleurs méthodes de travail et de mettre au point les outils adaptés. Elle a pour but d’éviter les mauvaises surprises en évaluant et en développant des actions limitant tous les risques encourus par les salariés. Un poste de travail bien organisé est un gain de temps essentiel.

Une protection juridique

Lors d’un accident du travail ou de maladie professionnelle d’un salarié, la responsabilité civile et pénale du chef d’entreprise est engagée en cas de manquement à l’évaluation des risques. Un document unique complet et actualisé est donc une protection indispensable pour le chef d’entreprise.

Pour vous aider à rédiger et à mettre à jour votre document unique, le GIST propose des “Ateliers DU” qui vous apporteront des conseils méthodologiques et les outils clés de l’évaluation et de la mise en oeuvre du plan d’action.

Pour en savoir plus, inscrivez-vous aux ateliers DU proposés par le GIST tous les 1ers mardis après-midis du mois

Lire aussi le dépliant "Pourquoi évaluer les risques professionnels ? " du PRST Alsace

Imprimer

TMS : quand le travail fait mal - le livre blanc de l'AST67

on .

livreblanc TMS AST67L'AST67 (Alsace santé travail) propose en ligne son guide/livre blanc sur les troubles musculo-squelettiques (TMS) au travail. Ce document de 36 pages dresse un état des lieux, analyse les circonstances d'apparition de ces troubles recouvrant un large spectre de maladies aigües ou chroniques et propose les solutions pour agir en entreprise.

Un contexte préoccupant

En France, les TMS sont la 1ère cause des maladies professionnelles et touchent environ 15% des salariés. Cette situation est préoccupante puisqu'elle constitue également la 1ère cause des journées perdues au travail (11 millions d'arrêts maladie liés aux TMS en 2017) et représente un coût financier important pour la société et les entreprises. Les entreprises de tous les secteurs sont concernées par les TMS mais les secteurs les plus touchés sont les services, les commerces, l'industrie de l'alimentation, le bois, l'ameublement, le papier-carton et textile.

Les facteurs de risques

Les facteurs de risques d'apparition de TMS sont directement liés aux conditions de travail et sont multiples :

  • Facteurs individuels : âge, sexe, antécédents médicaux, etc
  • Facteurs biomécaniques : gestes répétitifs, travail statique, efforts excessifs, positions articulaires extrêmes, etc
  • Facteurs environnementaux : contacts avec les objets extérieurs (chocs, vibrations), sols, bruit, froid, qualité de l'éclairage, etc
  • Facteurs psychosociaux : pression du temps, manque de contrôle sur son travail, manque de soutien social, etc
  • Facteurs organisationnels : délais de réalisation trop courts, travail monotone ou temps de récupération insuffisant, relations dégradées, stress, etc.

Comment prévenir les TMS ?

Il existe une solution à toutes les problématiques de TMS.  Pour ce faire il est indispensable d'évaluer et d'agir le plus possible en amont, dans une démarche ergonomique globale, participative, afin de favoriser la cohérence de la prévention des risques professionnels dans l'entreprise. Votre médecin du travail et son équipe sont des interlocuteurs privilégiés et peuvent vous aider dans cette démarche. Chacun peut également agir individuellement, au quotidien, dans une optique de prévention en adoptant une bonne hygiène de vie (sommeil, activité physique, alimentation, étirements, etc). Des équipements innovants (notamment technologiques) peuvent aussi constituer des solutions recommandées pour limiter l'apparition de TMS (harnais, manutention par aspiration, postes adaptables, exosquelettes, etc).

L'après TMS

Accompagner le retour du salarié au travail est primordial : si l'aspect psychologique joue un rôle majeur dans l'apparition de TMS, il est tout aussi important dans le cadre d'un retour à l'entreprise, c'est pourquoi l'accompagnement est fortement recommandé.
La reconnaissance du trouble et sa résolution facilitent une réintégration plus pérenne, au même titre que la reprise progressive du travail et l'aménagement de poste si nécessaire. Pour une bonne prise en charge de ce retour à l'emploi, vous pouvez vous adresser à votre service de santé au travail.

Pour en savoir plus sur les circonstances, analyses/facteurs et solutions de prévention, téléchargez le guide "livre blanc - allo patron bobo : les TMS le mal du siècle ?" proposé par l'AST67

Consulter le dossier complet "TMS" de l'INRS

Accèder à notre module d'e-learning sur TMS - postures et gestes (formation en ligne - durée 10 minutes) - inscription en ligne

Imprimer

Des mesures de prévention pour le travail au froid

on .

Que ce soit en extérieur ou en intérieur (chambres froides, entrepôts frigorifiques, etc), les travaux au froid exposent les salariés à des températures qui présentent des risques pour leur santé. Dans ces situations, le Code du travail ne fixe pas de seuil précis de température, mais l’employeur doit mettre en place un plan d’actions de prévention.

Les obligations de l'employeur

L’article L 4121-2 du code du travail fixe différentes obligations, parmi lesquelles:

  • L’évaluation des risques,
  • La réalisation d'un plan d’actions préventives,
  • L’adaptation du travail à l’homme (postes de travail, équipements, réduction d’efforts),
  • L’information aux employés sur les instructions à suivre,
  • L’élaboration et la mise à jour du DUERP (Document Unique d’Evaluation des Risques Professionnels).

Exemples de mesures

travail au froidL’employeur peut protéger ses employés en anticipant certains facteurs météo (le vent, le gel, la neige…), et le cas échéant, en aménageant les postes de travail. Par exemple, il peut mettre à disposition un local chauffé ou une signalétique. Dans la mesure du possible, il peut planifier les activités en extérieur, adapter les horaires pour éviter les moments les plus froids et limiter les tâches intenses ainsi que le travail sédentaire.

En amont de la mise en place de procédure, il est primordial de sensibiliser les équipes aux risques et aux règles de prévention de base. Quelques gestes simples peuvent permettre aux salariés de surmonter le froid comme éviter l’alcool et les cigarettes (qui donnent seulement une illusion de chaud) et remuer ses pieds et ses mains pour activer la circulation du sang dans l’organisme.

A savoir : La prime de froid existe mais n’est pas obligatoire. Elle peut néanmoins être prévue par une convention collective.

Consulter la page INRS du dossier dédié à la prévention des risques pour le travail au froid

Visionner la vidéo de l'INRS sur le travail au froid

Voir également l'article "10 conseils pour travailler en toute sécurité l'hiver" sur le site prévention BTP

EMPLOYEURS, la santé et la sécurité qu service de votre entreprises

bottom mod salaries

bottom-mod gist

NOS CENTRES, découvrez tous nos centres en un seul coup d'œil

NEWSLETTER

ACTUALITÉS

TÉMOIGNAGES

CONTACTS

ATTENTION ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.
En poursuivant sur ce site, vous signifiez votre accord avec cet usage. en savoir plus