ACTUALITÉS

Imprimer

Le plan canicule a démarré : les bons réflexes à adopter au travail

on .

Le plan canicule a démarré depuis le 1er juin. Il est formé de 4 niveaux d’alerte qui indiquent le niveau de vigilance nécessaire. Vous pouvez consulter la carte des vigilances, actualisée au moins 2 fois par jour (6h et 16h).

Les bonnes pratiques pour prévenir les risques liés à la chaleur

Afin d’éviter les risques de coup de chaud et d’insolation, certains reflexes peuvent être adoptés :

  • surveiller la température ambiante ;
  • boire, au minimum, l’équivalent d’un verre d’eau toutes les 15-20 minutes, même si l'on n’a pas soif ;
  • porter des vêtements légers qui permettent l’évaporation de la sueur (ex. vêtements de coton), amples et de couleur claire si le travail est à l’extérieur ;
  • se protéger la tête du soleil ;
  • adapter son rythme de travail selon sa tolérance à la chaleur et organiser le travail de façon à réduire la cadence (travailler plus vite pour finir plus tôt peut être dangereux !…) ;
  • dans la mesure du possible, réduire ou différer les efforts physiques intenses et reporter les tâches ardues aux heures les plus fraîches de la journée ;
  • alléger la charge de travail par des cycles courts travail/repos (exemple : pause toutes les heures) ;
  • réclamer et utiliser systématiquement les aides mécaniques à la manutention (diables, chariots, appareils de levage, etc.) ;
  • penser à éliminer toutes sources additionnelles de chaleur (éteindre le matériel électrique non utilisé,...) ;
  • utiliser un ventilateur (seulement si la température de l’air ne dépasse pas 32 °C. Au delà ce peut être dangereux car augmentant la température) ;
  • éviter toute consommation de boisson alcoolisée (y compris la bière et le vin,...) ;
  • faire des repas légers et fractionnés ;
  • redoublez de prudence si vous avez des antécédents médicaux et si vous prenez des médicaments

Rappel : obligations des employeurs

Les employeurs doivent assurer la sécurité et protéger la santé de leurs salariés, les conditions météorologiques telles que les conditions de température sont également concernées. L’employeur doit:

  • Intégrer au document unique les risques liés à la chaleur ;
  • Mettre à disposition de l’eau fraîche et potable ;
  • Renouveler l’air ;
  • Prévoir une surveillance de la température des locaux ;
  • Informer les salariés sur les risques, les moyens de préventions et les symptômes des coups de chaleur.

Dans le milieu BTP, des précautions complémentaires doivent être prises, l’employeur doit :

  • Fournir minimum 3 L d’eau fraiche et potable par jour et par salarié ;
  • S’assurer que les EPI et les équipements sont compatibles avec les fortes chaleurs.

Pour en savoir plus :

Imprimer

Le rapport d'activités 2021 du GIST est disponible

on .

Ce rapport moral et d'activités 2021 du GIST présente les enjeux à venir et retrace le chemin parcouru tout au long de l'année, entre autre les prémices de la réforme, la mobilisation pour la campagne de vaccination, les faits marquants et tous les repères chiffrés sur l'activité de l'association (activité médicale, pôle prévention, RH, finance, etc.).

Voir aussi : les différentes mesures de la réforme au rythme de la parution des décrets

Imprimer

Réforme santé-travail - Tout savoir sur les changements

on .

La loi du 2 août 2021 pour renforcer la prévention en santé au travail, qui transpose l’accord national interprofessionnel sur la santé au travail du 9 décembre 2020, s’organise autour de 4 axes :

  • renforcer la prévention au sein des entreprises et décloisonner santé publique et santé au travail
  • définir une offre socle de services à fournir par les services de santé au travail
  • mieux accompagner certains publics vulnérables et lutter contre la désinsertion professionnelle
  • réorganiser la gouvernance du système de santé au travail.

Le principe de prévention est placé au cœur des actions de santé au travail. Les services de santé au travail interentreprises deviennent des services de prévention et de santé au travail interentreprises (SPSTI).

Cette nouvelle loi entre progressivement en application à partir du 1er avril 2022, au rythme de la promulgation des décrets.

Ce qui change chez les employeurs du secteur privé

DUERP

Mise à jour

Entreprise moins de 11 salariés

Elles n’ont plus l’obligation de mettre à jour annuellement le DUERP à partir du 31 mars 2022.

document picto

Entreprise plus de 11 salariés

Le DUERP doit être mis à jour tous les ans.

document picto

Conservation

Toutes les versions du DUERP doivent être conservées 40 ans, en version papier ou dématérialisée.

document picto

Accès

Le DUERP doit être accessible aux travailleurs, anciens travailleurs et toutes les personnes ou instances qui ont un intérêt à y avoir accès.

document picto

  Téléchargez la fiche pratique sur les évolutions du DUERP

Visites

Pré-reprise

La visite de pré-reprise, entre le salarié et le médecin du travail, est désormais ouverte aux salariés en arrêt depuis plus d’un mois (contre 3 mois auparavant).

document picto

Post-exposition

Pour les travailleurs exposés à des risques dangereux, le médecin du travail met en place une surveillance post-exposition, en lien avec le médecin traitant et le médecin conseil des organismes de sécurité sociale.

document picto

Reprise

La visite de reprise est désormais obligatoire après une absence d’au moins 60 jours pour cause de maladie ou d’accident non professionnel (au lieu de trente jours précédemment).

document picto

Rendez-vous de liaison

Pour tout salarié dont l’arrêt de travail est supérieur à 30 jours, l’employeur a la possibilité d’organiser un RDV de liaison, pour l’aider à préparer son retour en entreprise.

document picto

Mi-carrière

La visite de mi-carrière est proposée aux salariés âgés de 45 ans, afin d’établir un état des lieux de l’adéquation entre leur poste de travail et leur santé. Elle peut être réalisée en même temps qu’une visite périodique.

document picto

  Téléchargez la fiche pratique sur les évolutions des visites

Gouvernance

Nouveau Conseil d'Administration

Avec la Loi santé travail, la nouvelle composition du Conseil d’administration et du bureau du GIST a été validée, lors d’une Assemblée générale spéciale, organisée le 21 mars 2022.

 
   

Ce qui change pour les collectivités

Les collectivités

Le médecin du travail

Le médecin de prévention devient médecin du travail. Il peut appartenir à un service de prévention et de santé au travail (SPSTI) avec lequel la collectivité conclut une convention.

Surveillance médicale

L'agent ou la collectivité peut demander une visite occasionnelle, en dehors du suivi médical régulier (VIP ou SMP). Cette visite est confidentielle.

Le temps partiel thérapeuthique (TPT) 

La procédure de demande de TPT est allégée. L'accord du médecin agréé n'est plus requis lors de la demande initiale de TPT, mais reste obligatoire pour toute demande de renouvellement au-delà de 3 mois.

  Téléchargez la fiche pratique sur les évolutions dans les collectivités

EMPLOYEURS, la santé et la sécurité qu service de votre entreprises

bottom mod salaries

bottom-mod gist

NOS CENTRES, découvrez tous nos centres en un seul coup d'œil

NEWSLETTER

ACTUALITÉS

TÉMOIGNAGES

CONTACTS

ATTENTION ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.
En poursuivant sur ce site, vous signifiez votre accord avec cet usage. en savoir plus