ACTUALITÉS

Imprimer

Pourquoi investir dans la prévention ?

on .

Assurer la sécurité et la santé des salariés est une obligation légale pour les employeurs. Mais au-delà de son caractère réglementaire, investir dans la prévention des risques professionnels peut également s’avérer un facteur de réussite économique pour l’entreprise.

1) La prévention en action,investir en prévention pour qui et pourquoi ?
La prévention des risques est un enjeu d’amélioration de la sécurité et de la santé des travailleurs. C’est une nécessité absolue pour toutes les entreprises. Qu’il s’agisse d’investir en matériels, en formations, en compétences, de mettre en place de nouveaux processus industriels ou de choisir des matériaux adaptés, la prévention des risques fait partie intégrante de ces dispositifs. En plus des gains économiques engendrés, la prévention est un atout majeur pour gagner en excellence opérationnelle et en compétitivité.



De nombreuses grandes entreprises ont déjà assimilé les enjeux des investissements en prévention et des bénéfices qu’elles pouvaient en tirer. La majorité d’entre elles ont effectivement mis en place des programmes performants en matière de santé-sécurité pour leurs salariés. En plus d'améliorer les conditions de travail des salariés, certaines entreprises cherchent à améliorer le bien-être en général. Selon les dirigeants de ces grands groupes, la culture de prévention améliore fortement les résultats de l’entreprise et ce à tous les niveaux : chiffre d’affaires, résultat, côte des actions, réputations, … D’ailleurs, selon l’AISS (Association Internationale de la Sécurité Sociale), un euro investi en prévention rapporte 2,20 euros.

2) Développer des actions de prévention : quels retours sur investissements ?

Les efforts de prévention en santé-sécurité au travail permettent d’atteindre des résultats visibles et quantifiables et ce sur différents domaines :
- Baisse des accidents du travail
- Baisse des coûts de santé
- Hausse de la productivité
- Baisse des coûts d'exploitation
- Diminution de l'absentéisme
- Diminution du turnover et continuité du travail sénior
- Amélioration de l'image de marque

Dans un premier temps les améliorations apportées à l’environnement de travail, au matériel et aux équipements de travail sont susceptibles d’augmenter la productivité des travailleurs ou de diminuer le temps de travail. Cela permet à l’entreprise d’affecter ces nouveaux gains à de nouveaux projets ou de réduire les frais de fonctionnement. De plus, certains investissements économiques destinés à optimiser les processus de production permettent en parallèle d’améliorer les conditions de travail et de prévenir les risques professionnels. Cela permet donc de baisser les coûts de production. Le taux d’absentéisme augmente fortement avec le niveau d’exposition aux contraintes physiques et psychologiques. Le fait de lutter contre les risques auxquels sont soumis vos salariés permet de diminuer le turnover et donc de faire baisser les coûts liés au recrutement et au remplacement du personnel.

La mise en place d’actions de prévention est également un moyen d’améliorer l’image et de promouvoir la marque de l’entreprise auprès :
- des clients qui apportent de nouveaux contrats et contribuent au revenu de l’entreprise,
- des candidats qualifiés qui seront attirés par la qualité des conditions de travail et amélioreront la productivité de l’entreprise,
- des partenaires et sous traitants qui ont eux-mêmes adopté une démarche de prévention et ne veulent travailler qu’avec des entreprises similaires.

Bien que de tels programmes soient généralement plus courants dans les grandes entreprises, la pratique montre que ce sont souvent les TPE / PME qui bénéficient des retours sur investissement les plus élevés. D’autant plus que par rapport aux autres pays européens, en France les PME sont les entreprises qui ont l’indice de fréquence d’accidents le plus élevé.

Télécharger et lire la note d'EUROGIP "Prévenir les risques professionnels : un enjeu économique pour l'entreprise"

Télécharger et lire le dossier de l'OPPBTP "Prévention et performance, une approche économique de la prévention"

Imprimer

La visite de reprise, une obligation ?

on .

Une visite médicale obligatoire peut avoir lieu lors de la reprise du travail d’un salarié qui revient d’une période d’arrêt maladie.

A quvisite repriseoi sert-elle ?
Cet examen a pour objectif de s’assurer que le poste de travail est compatible avec la santé du salarié ou d'examiner les possibilités d’aménagement ou de reclassement.

Qui demande cet examen et à quel moment ?
C'est à l'employeur, et non au médecin du travail, de convoquer le salarié à la visite médicale de reprise du travail. L'employeur doit prendre contact avec le service de santé au travail pour organiser cette visite de reprise et informer le salarié de cette visite. Aucune forme n'est privilégiée pour cette convocation : la lettre recommandée n'est pas obligatoire. Lettre simple, remise en main propre, mail ou même convocation orale sont suffisants.

Dès que l’employeur a connaissance de la date de la fin de l’arrêt de travail, il en informe le service qui organise l’examen de reprise le jour de la reprise effective du travail ou, au plus tard, dans un délai de 8 jours après la reprise. La visite de reprise ne peut pas avoir lieu quand le salarié est en arrêt de travail.

Une visite sous la responsabilité de l'employeur
L'arrêt maladie ou le congé pour cause de maladie entraîne la suspension du contrat de travail du salarié. C'est la visite de reprise qui met fin à la suspension de ce contrat de travail (et non la fin de l'arrêt de travail), c'est pourquoi la responsabilité de l'employeur est engagée en l'absence de visite de reprise.

La visite de reprise est obligatoire après :

- un congé maternité,
-
une absence pour cause de maladie professionnelle,
- une absence d’au moins 30 jours pour cause d’accident du travail, de maladie ou d’accident non professionnel.

Imprimer

Chutes de hauteur, comment les prévenir ?

on .

Les chutes de hauteur constituent la 2ème cause d’accidents mortels liés au travail après le risque routier. Or de nombreux travailleurs sont soumis à ce risque (professionnels du BTP, agents de réseaux électriques, d’entretien et techniciens de maintenance, travailleurs du spectacle, …). Pour prévenir les chutes de hauteur, il faut agir à la fois sur la conception des ouvrages ou des équipements, mais aussi sur les postes de travail et sur les modes opératoires.

chutes de hauteur2Anticiper l’organisation de son chantier
Quelle que soit l’intervention, qu'elle soit longue ou ponctuelle, que le travail porte sur un nouveau chantier ou sur une rénovation, il est nécessaire d’anticiper l’organisation de son chantier. Cela signifie alors qu’il faut : évaluer les risques en amont, analyser le mode opératoire, détailler l’implantation des sécurités périphériques ou encore mettre l’accent sur les points critiques du chantier. Il est par exemple indispensable de mettre en place des moyens de protection complémentaires sur les matériaux fragiles. Dans ces cas là, 3 moyens de protection doivent être placés :
1. des filets disposés horizontalement sur toute la surface à couvrir,
2. des chemins de circulation,
3. des protections en rives.

Choisir les bons équipements
Selon la nature du travail et la hauteur à laquelle vos salariés interviennent, il est nécessaire de s’assurer que les équipements soient adaptés à l’intervention. Il faut par exemple privilégier les mesures de protection collective comme les garde-corps provisoires, les plates-formes élévatrices mobiles de personnel ou encore les échafaudages. Si jamais pour des raisons techniques il vous est impossible de recourir à ces mesures de protection collective, vous pouvez utiliser des équipements de protection individuelle comme les systèmes d’arrêt de chutes par exemple.

Se former, informer et former ses salariés
La transmission de l’information à tous ceux qui interviennent sur le chantier est essentielle. Pour cela des procédures de travail et d’organisation doivent être présentées à l’ensemble des salariés concernés. Cela permet effectivement de maitriser les risques de chutes de hauteur et de s'en protéger. En plus de cette première étape d’information, il faut également s’assurer que les opérateurs soient formés à l’utilisation des équipements de travail et de protection. Enfin, le rappel des consignes de sécurité à respecter est indispensable, tout comme le fait de s’assurer qu’elles soient bien comprises par tous.

Le travail à proximité d’une tranchée, d’une fouille ou d’une falaise, bien que n’étant pas à proprement parler du travail en hauteur, présente les mêmes risques et nécéssite les mêmes consignes de sécurité.

Retrouvez toutes les informations, conseils de prévention et outils de sensibilisation sur le site internet dédié www.chutesdehauteur.com

Télécharger le d
ossier complet de l'INRS "Risques liés aux chutes de hauteur"

Retrouver la campagne "Travaux en hauteur, pas le droit à l'erreur" sur le site du PRST3

Des aides financières peuvent être allouées à la mise en oeuvre d'une démarche de prévention pour les travaux charpente couverture 

EMPLOYEURS, la santé et la sécurité qu service de votre entreprises

bottom mod salaries

bottom-mod gist

NOS CENTRES, découvrez tous nos centres en un seul coup d'œil

NEWSLETTER

ACTUALITÉS

TÉMOIGNAGES

CONTACTS

ATTENTION ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.
En poursuivant sur ce site, vous signifiez votre accord avec cet usage. en savoir plus