ACTUALITÉS

Imprimer

Le risque routier encore sous-estimé dans les TPE/PME

on .

Plus de 8 dirigeants de TPE/PME sur 10 sous-estiment le risque routier. C’est ce que révèle la 4ème édition de l’étude IFOP/MMA sur le risque routier en entreprise* dévoilée le mois dernier à l’occasion de la semaine pour la sécurité routière au travail. Pourtant, les accidents de la route demeurent la première cause de mortalité au travail en France, tous secteurs confondus.

étude risque routierUn constat alarmant sur la perception du risque routier par les dirigeants
Cette récente étude montre que seuls 18% des dirigeants de TPE/PME classent le risque routier au premier rang des risques professionnels  Cette perception erronée s'amplifie depuis 2 ans (-7 points par rapport à 2016). Les chefs d’entreprise sont également peu au fait de leur responsabilité en cas d’accident d’un salarié.: 62 % savent qu’un dirigeant peut être tenu pour responsable en cas d’accident de la route impliquant un salarié sur un trajet professionnel.

Le BTP en tête pour les actions de prévention
Par ailleurs, si l’étude révèle également que la mention du risque routier dans le document unique reste rare dans l’ensemble des secteurs (29%), elle est plus répandue dans le BTP où ce sont 44% des entreprises qui ont inscrit ce risque dans leur DU. Le secteur est par ailleurs celui où l’on trouve le plus d’entreprises ayant mis en place des actions de prévention (26% contre 16% tous secteurs confondus). Parmi les principales actions déployées : vérification de la validité du permis de conduire, réduction des déplacements, charte de bonnes pratiques au volant, droit à la déconnection totale pendant les trajets professionnels….

L'alcool au volant, enjeu de securité routière considéré prioritaire
Parmi les enjeux de la sécurité routière, 2/3 des chefs de TPE et PME désignent l’alcool au volant comme action prioritaire de la part des pouvoirs publics (66%). Viennent ensuite les distracteurs de conduite (43%), la consommation de stupéfiants (38%), la vitesse et la fatigue au volant (28 et 17%).

* Etude réalisée par téléphone par l’Ifop pour MMA du 1er au 8 avril 2019 auprès d’un échantillon de 503 dirigeants d’entreprise de 1 à 49 salariés.

Lire le résumé de l'étude sur Prévention BTP

Accéder à l'étude complète sur le site de l'IFOP

Pour en savoir plus, découvrir le dossier complet "riques routiers" sur le site de l'INRS

Télécharger le document "conduire au travail" : conseils pratiques sur le risque routier et les facteurs de risques - proposé par le SSTRN

Imprimer

Une nouvelle web-série pour sensibiliser les jeunes à la santé et sécurité au travail

on .

En France, la fréquence annuelle des accidents du travail chez les jeunes de moins de 25 ans est de 10 %, soit  deux fois et demi plus importante que pour l’ensemble des salariés. « C’est lors de la période de transition de l’école vers la vie active que cette population est la plus vulnérable car elle est à la fois plus jeune et nouvelle dans l’emploi », souligne l’INRS dans son étude. En partant de ces données, l’INRS a lancé une nouvelle web-série de 6 épisodes réalisée avec le Comedy Club. Celle-ci traite avec humour l’ensemble des idées reçues sur les risques en entreprise.

#MortelTonTaf : la web-série qui va sauver la vie des jeunes au travail
Les jeunes n’ont pas toujours conscience des risques rencontrés dans le cadre professionnel. Et pourtant, ce sont les premiers concernés par les accidents du travail. En 2017 par exemple, près de la moitié des accidents du travail survenus chez les moins de 30 ans ont eu lieu lors de leur première année d’embauche. L’Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS) a ainsi lancé une web-série afin de sensibiliser avec humour les jeunes à ce sujet. En 6 épisodes, Inès Reg du Comedy Club parodie l’ensemble des idées reçues sur les risques en entreprise :
1.    « Les risques, ça fait partie du métier »
2.    « Les accidents du travail, ça n’arrive qu’aux autres »
3.    « Bien équipé, il ne peut rien m’arriver »
4.    « La prévention c’est compliqué »
5.    « Je ne peux rien faire face aux risques »
6.    « Au travail, il n’y a pas de risques »

mortel ton taffUn dispositif global pour sensibiliser les jeunes à la santé / sécurité au travail
Cette web-série est complétée d’un site internet « ressources » (www.mortel-ton-taf.fr) permettant d’interpeller et d’informer les jeunes actifs sur les risques professionnels auxquels ils peuvent être exposés. Bruit, alcool, drogue, stress, troubles musculo-squelettiques, risques routier et chimique, nombreux sont ces risques. Pour chacun d’entre eux, un parcours personnalisé est proposé avec un test d’autodiagnostic, des informations sur les facteurs de risques, les effets sur le travail, les bons interlocuteurs dans l’entreprise, des conseils pratiques… En parallèle du lancement de la web-série et du site internet, une campagne promotionnelle a lieu en juin sur le web et les réseaux sociaux. A la clé ? Des places à gagner pour assister au spectacle de la troupe du Comedy Club.

Visionner le teaser #MortelTonTaf

Découvrez le site #MortelTonTaf et les épisodes de « la web-série qui va te sauver la vie au travail ! ».


Plus d’informations sur le site de l’INRS

Imprimer

Les résultats de l'enquête 2019 menée auprès de nos adhérents sont en ligne !

on .

En 2013, le GIST a réalisé une enquête auprès de ses entreprises adhérentes et de ses salariés suivis.
Six années après, un nouvel état des lieux des avis et attentes en matière de santé travail voit le jour.
Au total, vous avez été 1 041 participants (309 employeurs et 732 salariés) et nous vous remercions une nouvelle fois pour votre participation.


rapport enquêteContexte et méthodologie de diffusion
Dans une démarche permanente de développement de la culture de prévention, le GIST souhaitait connaitre les attentes et perceptions en santé travail de ses entreprises adhérentes et de leurs salariés. Deux questionnaires ont ainsi été diffusés sur les mois de mars et d’avril 2019. Le premier était remis aux salariés lors de leur visite médicale via des tablettes numériques. Le second quant à lui destiné aux employeurs était disponible sur le site internet du GIST. La diffusion de ces questionnaires via des supports digitaux a permis de répondre aux tendances actuelles, de gagner du temps et de faciliter les démarches d’administration.
Ces questionnaires étaient orientés autour de quatre grands axes :

  • La santé au travail au sein de votre entreprise
  • Votre service de santé au travail interentreprises : le GIST
  • Vos besoins en matière de santé et de sécurité au travail
  • Des questions d’identification

 Résultats : une perception positive de la prévention dans le service de santé travail interprofessionnel et de ses actions

  • La prise en compte de la démarche prévention santé / sécurité en entreprise
    La prévention santé / sécurité est une priorité aussi bien pour les employeurs (95 % de réponses positives) que pour les salariés (89 % chez les salariés). D’ailleurs, sur une échelle de 0 à 5, 58 % des employeurs affirment que la culture de prévention dans leur entreprise est au moins de 4/5, contre 52 % chez les salariés.
  • Le GIST, un partenaire santé / travail pour ses adhérents ?
    Le GIST reste bien l’organisme œuvrant dans le domaine de la prévention et de la santé au travail auquel les employeurs font le plus appel, et ce peu importe la taille de l’entreprise. 72,4 % des sondés en 2013 l’affirmait contre 90 % aujourd’hui.  De plus, 85 % des employeurs affirment que les services du GIST sont à la hauteur de leurs attentes et 77 % que le GIST est bien leur partenaire / conseiller prévention et santé travail. 93 % des salariés affirment quant à eux que les actions du GIST sont utiles.
  • Les besoins d’information et les principaux risques recensés
    Les postures, la charge mentale / le stress, les manutentions et enfin les risques de chutes sont les quatre principaux risques auxquels les salariés sont les plus exposés. Les employeurs attendent en priorité du GIST des informations sur l’approche ergonomique dans le cadre de la prévention des Troubles Musculo-Squelettiques (TMS), des Risques Psycho-Sociaux (RPS), la dimension juridique en matière de santé et au travail et enfin des informations sur les formations SST/PRAP.

Les tendances, ce qu’il faut retenir

  • Les axes à améliorer
    Plus d’un tiers des salariés pensent encore que le contrôle réglementaire fait partie des actions principales du GIST et seuls 33 % des salariés affirment avoir bénéficié d’au moins une intervention du GIST. Cette enquête a également permis de révéler que les salariés souhaitent davantage d’informations sur le salarié désigné compétent, sur l’approche ergonomique des TMPS et RPS et des données sur les formations SST / PRAP.
  • Document Unique : les différences entre employeurs et salariés
    84 % des employeurs affirment avoir déjà établi leur Document Unique d’Evaluation des Risques Professionnels (DUERP) dont 60 % il y a moins d’un an. Sur les réponses positives, près des trois quarts des employeurs affirment que leur DUERP contient un plan d’actions. D’ailleurs, plus la taille des entreprises augmente, plus y a de Document Unique et moins il y a besoin d’information sur le DUERP. Et pourtant, la connaissance du Document Unique par les salariés est plus hétérogène. En effet, près des trois quarts des salariés méconnaissent encore l’existence du Document Unique et seuls 12 % affirment avoir été consulté lors de leur réalisation.

Lire et télécharger : icon Synthèse enquête adhérents 2019 (10 pages)

Lire et télécharger : icon Rapport complet enquête adhérents 2019 (50 pages)

EMPLOYEURS, la santé et la sécurité qu service de votre entreprises

bottom mod salaries

bottom-mod gist

NOS CENTRES, découvrez tous nos centres en un seul coup d'œil

NEWSLETTER

ACTUALITÉS

TÉMOIGNAGES

CONTACTS

ATTENTION ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.
En poursuivant sur ce site, vous signifiez votre accord avec cet usage. en savoir plus