ACTUALITÉS

Imprimer

Moi(s) sans tabac : les entreprises aussi sont concernées !

on .

73 000 Français meurent prématurément chaque année en raison de maladies liées au tabac. En France, 13 millions d’adultes fument quotidiennement et 60 % d’entre eux souhaitent arrêter de fumer définitivement. Les entreprises peuvent devenir des acteurs clés en accompagnant leurs salariés dans leur démarche d’arrêt du tabac : la 3ème édition de Moi(s) sans tabac, défi collectif national, s’étend sur 30 jours à compter du 1er novembre.

30 jours pour inciter et accompagner les fumeurs volontaires dans l'arrêt du tabac
Après deux premières éditions réussies (plus de 300 000 personnes se sont inscrites à l’opération en 2016 et 2017), Santé Publique France renouvelle l’opération pour la troisième année consécutive. Cette année encore l’opération Moi(s) Sans Tabac est de retour et ce pour 30 jours : du 1er au 30 novembre 2018. Ce défi collectif national né en 2016 à pour objectif d’inciter et d’accompagner les fumeurs volontaires dans leur démarche d’arrêt du tabac. En France, 13 millions d’adultes fument quotidiennement et 60 % d’entre eux souhaitent arrêter de fumer définitivement. À savoir qu’un arrêt de 30 jours multiplie par 5 leurs chances d’arrêter de fumer définitivement.

mois sans tabacMoi(s) Sans Tabac, un défi collectif qui concerne aussi les entreprises
Pendant tout le mois de novembre, nos professionnels de santé soutiennent les salariés et employeurs qui participent au #MoisSansTabac. Parce que le tabac c’est l’affaire de tous, vous pouvez en tant que chef d’entreprise ou manager informer, montrer votre engagement auprès de vos salariés ou afficher votre implication auprès de vos clients.  De nombreuses aides sont à votre disposition :

  • Affiches et flyers à commander ou télécharger sur simple inscription sur partenaires-mois-sans-tabac.tabac-info-service.fr
  • Site grand public mois-sans-tabac.tabac-info-service.fr
  • Réseaux sociaux : facebook, instagram, twitter
  • 39 89 tabac info service (accompagnement personnalisé par des tabacologues)
  • Coaching sur l’appli mobile tabac info services
  • FANZONE "Moi(s) sans tabac" le mercredi 14 novembre à Saint Nazaire, Place de l’Amérique latine : consultations « flash » avec des tabacologues pour soutenir les démarches d’arrêt ou de réduction de tabac. De 11h à 18h.

Moi(s) sans tabac mobilise tous les acteurs de terrain, notamment les professionnels de santé, mais aussi les entreprises, les associations, etc… pour fédérer le plus d’acteurs possible autour de la lutte contre le tabagisme. Le GIST est cette année encore partenaire de l’opération : n’hésitez pas à en parler avec les professionnels de votre service de santé au travail et rejoignez le mouvement !

Imprimer

Le risque incendie en entreprise

on .

Le risque incendie en entreprise peut avoir des conséquences dramatiques aussi bien sur le plan humain que sur le plan économique. Sa prise en compte précoce est essentielle et son intégration dès la conception aura une incidence positive sur la maîtrise de l’ensemble des risques ou situations dangereuses dans l’entreprise.

risque incendieEnjeux et conséquences des incendies en entreprise
Les incendies en entreprises en France sont encore aujourd’hui courants. Ces derniers ont des conséquences aussi bien directes qu’indirectes sur l’Homme, les biens ou l’environnement. Le nombre de victimes directes demeure heureusement peu élevé. Néanmoins, chaque année, ces incendies au travail causent en moyenne 120 accidents qui ont pour conséquence un arrêt du travail.
15 d’entre eux provoquent une incapacité permanente et on déplore 1 décès. 7 entreprises sur 10 ayant subi un sinistre majeur disparaissent dans les mois qui suivent. Le risque incendie doit donc être pris en compte le plus tôt possible dans la démarche de prévention globale d’une entreprise.

Prévenir le risque incendie
La prévention des risques d’incendie doit intervenir le plus tôt possible, notamment au moment de la conception et de l’implantation des locaux ou de la mise en place d’un procédé de production. L’employeur doit tenir compte en premier lieu de la réglementation du code du travail et éventuellement d’autres réglementations en fonction du type d’établissement.

La lutte contre le risque incendie consiste principalement à :

  • Supprimer les causes de déclenchement d’un incendie,
  • Mettre en place des mesures techniques et organisationnelles visant à supprimer tout départ de feu et limiter la propagation et les effets d’un incendie,
  • Limiter l’importance des conséquences humaines et matérielles,
  • Former et informer le personnel.

Pour cela, 3 axes sont à privilégier :

  • La conception et l’aménagement des lieux et des situations de travail,
  • La démarche d’évaluation du risque,
  • Les actions de prévention techniques et organisationnelles et d’information/formation des salariés.

Pour en savoir plus, consulter le dossier complet « incendie sur le lieu de travail » de l’INRS

Visionner la vidéo INRS sur le risque incendie en entreprise

Accéder aux informations sur la journée technique « risque incendie en entreprise » du 11 décembre (organisée par l’INRS)

Imprimer

Avez-vous désigné un salarié compétent en santé et sécurité au travail ?

on .

COUV salarié compétent CarsatRAChargé de prévention, salarié référent ou désigné compétent en prévention des risques, en santé-sécurité, « préventeur »… Les appellations peuvent varier mais depuis le 1er juillet 2012, tout employeur doit désigner au moins un salarié « compétent pour s’occuper des activités de protection et de prévention des risques professionnels de l’entreprise » (Art. L4644-1 du Code du travail).

En pratique, cette obligation est une simple formalité pour les grandes entreprises qui disposent généralement d’un service « hygiène-sécurité ». Pour les plus petits établissements, ce dispositif reste à ce jour peu appliqué.

Pourtant, ce nouvel acteur dans l’entreprise représente une véritable ressource-clé pour faire vivre la démarche de prévention : il joue un rôle majeur en contribuant à préserver la santé et la sécurité de ses collègues, participant à l’évaluation et à la prévention des risques professionnels, à l’amélioration des conditions de travail.

Le choix du salarié désigné compétent est soumis à l’avis du CHSCT ou des délégués du personnel (ou au comité social et économique en 2018), quand ceux-ci existent au sein de l'entreprise. Le salarié désigné bénéficie d’une formation en santé au travail adaptée afin de lui permettre d’assurer les missions qui lui sont confiées.

Même si la désignation d’un salarié compétent dans l’entreprise est privilégiée, cette obligation n’est toutefois pas générale. Le législateur a en effet laissé à l’employeur la possibilité de faire appel à des services extérieurs lorsque « les compétences dans l’entreprise ne permettent pas d’organiser ces activités ».

Attention : la désignation du salarié désigné compétent n’exonère pas le chef d’entreprise de sa responsabilité, vis-à-vis de ses salariés, dans le domaine de la santé et la sécurité au travail.

En savoir plus sur le salarié compétent sur le site de l’INRS

Télécharger la brochure "un nouvel acteur dans l'entreprise : le salarié compétent en santé-sécurité au travail" de la Carsat Rhône-Alpes

EMPLOYEURS, la santé et la sécurité qu service de votre entreprises

bottom mod salaries

bottom-mod gist

NOS CENTRES, découvrez tous nos centres en un seul coup d'œil

NEWSLETTER

ACTUALITÉS

TÉMOIGNAGES

CONTACTS

ATTENTION ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.
En poursuivant sur ce site, vous signifiez votre accord avec cet usage. en savoir plus